Montceau News

Incendie à la décharge de Torcy

Lundi 11 mars 2015

Montceau News LUNDI 11 MAI 2015
Incendie à la décharge de Torcy…
... sans doute pas maîtrisé avant la fin de journée !

C’est à 12h45, ce lundi, que l’incendie a été détecté à la décharge de Torcy. A l’heure où nous écrivons son origine est inconnue.

Le feu dans une décharge de Torcy (Saône-et-Loire)

Toutefois, nous pouvons indiquer que le feu a pris dans l’alvéole nouvellement exploitée sur le site du centre d’enfouissement technique, qui accueille quotidiennement des déchets du Charolais, du Brionnais et de l’Autunois.

Des riverains inquiets

A pied d’œuvre depuis le début du sinistre, les pompiers, treize en tout, devaient faire face à un incendie difficile à contenir en raison du vent.

Alertés par la fumée et des sons de cartouches de fusils, les riverains, dont le président de l’association Stop Bourgogne Poubelle : Monsieur Bruno Cuby, s’étaient déplacés sur le site pour constater l’incident. Les bruits de « cartouches » avaient en réalité pour origine l’explosion des bombes aérosols en tout genre.

Accompagné du propriétaire du Château de Torcy, classé Monument historique et jouxtant directement la décharge, Bruno Cuby exprimait son inquiétude face aux rejets de gaz dans l’atmosphère. Il rappelait la nécessité de fermer ce site, vieux de plus de 35 ans, selon lui mal maîtrisé par l’exploitant (Sita/Suez). C’est d’ailleurs le principal combat de l’association Stop Bourgogne Poubelle.

Sita se veut rassurant

Sur place, un employé se voulait rassurant. « Ce sera maîtrisé avant ce soir » déclarait-il.

Toutefois, les fortes températures, le temps sec et le vent laissaient les riverains présents sceptiques.

En effet, sur quel profondeur le feu a-t-il pris ? Quels sont les combustibles présents ? La nature des déchets présents dans cette décharge, la décomposition des déchets pouvant conduire à la formation de poches de méthane et de gaz multiples montrent que cet incident est loin d’être anodin.

Interrogé sur le lieu du sinistre, le chef de la brigade des pompiers nous a déclaré que le site de la décharge ne possédait pas de plan incendie. Les pompiers présents sur place espéraient pouvoir maîtriser le sinistre avant la fin de la journée.

L’employé de Sita interrogé expliquait, quant à lui, qu’éteindre un feu en décharge était particulièrement difficile et technique : les pompiers arrosent en quantité importante en surface, avant que les pelles ne viennent retourner les déchets pour éteindre en profondeur. Une fois ces étapes accomplies, les employés de Sita devraient mettre en place un sarcophage de terre.

A l’heure où nous écrivons, cette phase avait débuté afin d’éviter toute propagation de l’incendie à d’autres parties du site.

Les opérations d’enfouissement stoppées

Dès le début du sinistre, les opérations d’enfouissement ont été arrêtées et le site fermé.

Les camions étaient à pied d’œuvre pour apporter de la terre, afin de constituer le sarcophage. Pourtant, les flammes et la fumée blanche étaient encore bien actives sur le site.

Sur place, aux côtés d’employés de Sita/Suez et des pompiers, des employés d’Eurovia apportaient leur soutien pour endiguer le sinistre.

A cette heure, les dégâts sont inconnus. Ils peuvent être de différentes natures : détérioration des réseaux de lixiviats (récupération des jus de décharge), détérioration des réseaux de gaz (brûlés par deux torchères) et détérioration de membranes géotextiles (réduisant les infiltrations de jus contaminés dans les sols).

Quoiqu’il en soit, le site restera sous surveillance pendant plusieurs jours, à la fois sous la surveillance de l’exploitant, mais aussi des membres de l’association Stop Bourgogne Poubelle.

Émilie Laure